Comment choisir sa pompe à chaleur ?

De plus en plus prisées par les ménages français pour leurs qualités thermiques et écologiques, les pompes à chaleur sont également plébiscitées par le gouvernement pour remplacer les  chaudières à fioul, à charbon ou les chaudières à gaz d’ancienne génération. Si les avantages de la pompe à chaleur ne se présentent plus, il faut néanmoins différencier les types d’équipements disponibles. Car toutes les pompes à chaleur ne se ressemblent pas, leur fonctionnement, leur utilisation et leur installation varient selon vos besoins. Certains équipements permettent la production d’eau chaude sanitaire, d’autres la production de chauffage, d’autres la production de climatisation et d’autres combinent toutes ces propriétés. 

La spécificité des pompes à chaleur entraîne aussi des variations de prix. C'est aussi  pour cette raison que l’Etat a mis en place différentes aides financières pour l’installation de pompes à chaleur. Ces financements permettent au plus grand nombre de bénéficier d’un équipement de chauffage écologique, économe, performant et sain. Et l’utilisation de la pompe à chaleur comme système de chauffage central va continuer de croître. En effet, l’Etat a fait part de sa volonté d’interdire la commercialisation et l’installation de chaudières fioul d’ici 2023. Alors quels sont les différents types de PAC ? Comment choisir sa pompe à chaleur ? Quels en sont les avantages ?

Les avantages d’une pompe à chaleur

Equipement de chauffage central écologique de référence, la pompe à chaleur présente de nombreux avantages. Sa technologie lui permet de capter les calories présentes à l’extérieur du domicile. Ces calories sont ensuite transformées en chaleur véhiculée dans l’ensemble de la maison ou de l’appartement grâce au système de chauffage. C’est donc une chaleur régulière et uniforme qui permet un confort de chauffe optimal dès les premières chutes de température. Pour fonctionner, une pompe à chaleur ne demande qu’une faible consommation d’électricité

Par rapport à un équipement d’ancienne génération dépendant des énergies fossiles (fioul, gaz, charbon), la PAC s’affranchit des énergies polluantes pour ne conserver que l’électricité. Il y a donc un double avantage : les économies sur les factures d’énergie et la réduction des émissions de gaz à effet de serre et de polluants. C’est aussi un environnement de vie plus sain, sans émanations toxiques issues de la combustion des polluants. Enfin, la PAC est conçue pour durer plus de 15 ans, par rapport à d’anciennes chaudières obsolètes au bout de 10 ans. Finalement, la pompe à chaleur permet de chauffer plus longtemps, plus proprement, plus sainement et plus confortablement.

Choisir une pompe à chaleur air-eau

La PAC air-eau dispose d’une technologie qui lui permet une double utilisation. Comme son nom l’indique, elle sert à la fois à la production de chaleur, mais également à la production d’eau chaude sanitaire. 

Ce système de chauffage central permet une diffusion homogène de la chaleur grâce à des ventilo convecteurs ou un plancher chauffant. De même que la PAC air-air, son rendement diminue au contact de très faibles températures. 

Il faudra alors prévoir un chauffage d’appoint si les conditions météorologiques se dégradent.

Le prix d’une pompe à chaleur est plus élevé que les autres équipements de chauffage. En moyenne, il varie entre 65 € et 90 € TTC par m² chauffé, ce qui donne un prix d’achat entre 8 000 € et 16 000 €.

Fonctionnement d’une pompe à chaleur air-eau

Le fonctionnement d’une PAC air-eau est le même que celui d’une PAC air-air. L’unité extérieure capte les calories présentes dans l’air ambiant pour les convertir en chaleur dans l’unité intérieure. Elles sont ensuite transformées en chaleur pour permettre l’alimentation du système de chauffage et d’eau chaude sanitaire. L’unité extérieure ne nécessite pas de surface de captage et il est possible de l’installer dans un petit jardin ou une cour.

Installation d’une pompe à chaleur air-eau

Comme de nombreux équipements de chauffage, l’installation d’une pompe à chaleur air-eau doit être faite par des professionnels RGE. C’est d’une part l’une des conditions pour bénéficier des aides de l’Etat, mais c’est surtout l’assurance d’un équipement installé dans les règles de l’art et fonctionnel. Selon certaines installations, les artisans RGE peuvent devoir intervenir sur le circuit de chauffage. Certains appareils ou équipements sont également indispensables à certaines opérations de chantier, comme le désembouage par exemple. De plus, une installation en bonne et due forme par des professionnels permet la mise en place d’une garantie, d’une durée variable selon les constructeurs.

PAC air-eau : bon à savoir


Les pompes à chaleur ont longtemps été victimes de leur fortes émissions acoustiques, autrement dit, trop bruyantes ! A tel point que les équipements présentent le nombre de décibels en utilisation maximale. S’il est vrai que les pompes à chaleur sont parfois bruyantes, cet inconvénient a tendance à se faire de moins en moins présent sur les nouveaux équipements. A noter également que la puissance sonore varie selon les constructeurs. Les modèles sélectionnés par Chaudière Solidaire sont silencieux pour un confort optimal.

Choisir une pompe à chaleur air-air

La pompe à chaleur air-air peut-être également appelée climatisation réversible. Son fonctionnement lui permet de diffuser de l’air chaud en hiver et de l’air froid en été. 

L’avantage d’une PAC air-air réside également dans son installation simple. Elle n’est pas nécessairement dépendante d’un système de chauffage et peut diffuser de l’air chaud ou de l’air froid depuis une console fixée sur un mur. Pour fonctionner, la pompe à chaleur air-air est alimentée en électricité.  

Son COP, le coefficient de performance, c'est-à-dire le ratio entre la quantité d’énergie consommée pour la quantité d’énergie produite se situe autour de 3, soit 1 kWh d’électricité pour 3 kWh de chaleur produite. Son prix varie selon la surface de chauffe, en moyenne il se situe entre 5 000 € à 10 000 €. Ce tarif prend en compte l’achat de l’équipement et les travaux d’installation.

Fonctionnement d’une pompe à chaleur air-air

Quand on parle de pompe à chaleur air-air, on peut parfois entendre le terme de PAC aérothermique. Cette appellation fait référence au fonctionnement de la pompe à chaleur qui capte les calories contenues dans l’air extérieur. Pour permettre cette action, la pompe à chaleur est divisée en une unité intérieure et une unité extérieure. Les calories sont converties en chaleur par un élément indispensable : le fluide frigorigène. Au contact des calories, cet élément augmente sa température et sa pression pour ensuite restituer la chaleur à l’air, diffusé ensuite par différents émetteurs. Reliée à un thermostat réglable, lui-même relié à des sondes, la pompe à chaleur air-air s’adapte aux variations de température.

Installation d’une pompe à chaleur air-air

L’installation d’une pompe à chaleur air-air doit être faite par des professionnels RGE, et ce pour plusieurs raisons. Une PAC est un équipement de chauffage à la fois technique et fragile. L’installation de ses 2 unités doit suivre un protocole, tout comme le raccordement au circuit de chauffage et à l’alimentation électrique. De plus, l’intervention d’artisans RGE est la condition sine qua non pour intégrer les aides financières proposées par l’Etat au devis, et donc réduire de 90 % le montant des travaux.

PAC air-air : bon à savoir


Il faut savoir également que la pompe à chaleur air-air a un rendement moindre pendant les périodes de grand froid. Sa technologie ne lui permet pas de fonctionner avec des températures extrêmes et l’appareil cesse de fonctionner avec des températures situées entre -10° C et -20° C. En règle générale, moins il fait froid, plus le rendement de votre pompe à chaleur air-air est important. Ainsi, si votre résidence principale ou secondaire est située dans des climats froids, mieux vaut privilégier une PAC géothermique.

Choisir une pompe à chaleur hybride

Si vous hésitez entre une pompe à chaleur et une chaudière gaz à condensation, n’hésitez plus ! La pompe à chaleur hybride combine les 2 technologies pour pousser encore plus loin les économies d’énergie.

Utilisé à la fois pour la production de chauffage et la production d’eau chaude sanitaire, cet équipement de chauffage écologique allie la technologie de captation de chaleur de la PAC, et la technologie à haut rendement de la chaudière à condensation.

Côté prix, la pompe à chaleur hybride se situe autour de 4 500 € et 15 000 €. Là encore, il faut prendre en compte la surface à chauffer. 

Comme pour les autres pompes à chaleur, les prix prennent en compte les travaux d’installation et la dépose de l’ancien équipement.

Fonctionnement d’une pompe à chaleur hybride

Le fonctionnement de la PAC hybride repose sur une programmation intelligente. Cette dernière permet au système de basculer sur la PAC ou la chaudière selon la température extérieure et la température intérieure souhaitée, fixée par le thermostat. Par rapport à une PAC air-air ou une PAC air-eau qui ne fonctionnent plus en dessous d’une certaine température, la pompe à chaleur hybride passe sur la technologie de la chaudière à condensation. A l’inverse, la pompe à chaleur a un rendement excellent sous un climat plus tempéré. La température de bascule d’une technologie à l’autre se situe autour de 5° à 7 °. Cette alliance de technologie donne donc la meilleure combinaison possible pour permettre un confort de chauffe optimal tout en minimisant davantage les pertes énergétiques.

Installation d’une pompe à chaleur hybride

L’alliance des 2 technologies de la pompe à chaleur hybride demande une installation assez pointue. Si les travaux ne sont ni très lourds ni très longs, il faut cependant prévoir 1 à 2 journées d’intervention. En dehors des raccordements habituels et la dépose de votre ancien équipement, l’installation demande un savoir-faire technique particulier. En effet, le raccordement hydraulique entre la partie pompe à chaleur et la partie chaudière est la manœuvre technique la plus importante. C’est de celle-ci que dépend le bon fonctionnement de votre PAC hybride.

PAC air-air: bon à savoir


La double technologie de la pompe à chaleur hybride nécessite un double contrat d’entretien. Pour perdurer, la PAC hybride doit reposer sur l’alliance des deux équipements. Une fois la mise en service effectuée par l’artisan chauffagiste RGE, c’est un sujet qu’il aborde automatiquement avec vous.

Choisir une pompe à chaleur géothermique

A l’inverse des pompes à chaleur air-air et air-eau, la PAC géothermique repose sur une technologie différente. Si les deux autres fonctionnent sur un principe aérothermique, c'est-à-dire capter les calories naturellement présentes dans l’air, la pompe à chaleur géothermique capte les calories contenues dans la terre.  

C’est donc une installation différente qui permet néanmoins de chauffer l’intérieur et de produire de l’eau chaude sanitaire. Demandant une faible consommation d’électricité pour fonctionner, la PAC géothermique consomme 1 kWh d’électricité pour 3 à 4 kWh de chaleur produite. Son COP (coefficient de Performance) se situe en moyenne entre 3 et 4. Plus élevé que celui des autres pompes à chaleur, le prix de la PAC géothermique se situe entre 15 000 € et 25 000 €.  

Ces montants s’expliquent par une technologie plus poussée qui permet une captation de calories sous terre. En moyenne, compter environ 100 € par m² chauffé pour un captage horizontal et environ 167 € pour un captage vertical.

Fonctionnement d’une pompe à chaleur géothermique

Pour capter l’énergie enfouie dans la terre, la pompe à chaleur géothermique dispose de capteurs. Les calories présentes dans le sol où sont enfouis les capteurs sont véhiculées à l’intérieur via un fluide caloporteur. Il existe 3 types de surfaces de captage :

- Le captage horizontal au sol : Les capteurs sont installés horizontalement dans la terre. Ils couvrent une importante surface et sont installés proche de la surface, entre 0,6 et 1,2 m. 

- Le captage vertical au sol : Plusieurs sondes sont enfouies verticalement dans le sol, sur une profondeur qui n’excède pas 100 m de profondeur. 

- Le captage vertical sur nappe phréatique :  Les capteurs sont installés verticalement et puisent l’eau d’une nappe phréatique. Cette eau est renvoyée dans une nappe phréatique, ou dans un plan d’eau ou réseau d’eau pluvial. 

La diffusion de chaleur se fait ensuite par la pompe à chaleur qui va répartir l’air chaud dans le circuit de chauffage.

Installation d’une pompe à chaleur géothermique

Au même titre que les autres types de pompes à chaleur, une PAC géothermique doit être installée par des artisans RGE ou QualiPAC. Les travaux d’installation et particulièrement d’enfouissement des capteurs est une opération délicate, avec des manipulations de composants fragiles. Il est donc nécessaire de recourir à un savoir-faire reconnu. De plus, les travaux de raccordement dans le cas d’un captage sur nappe phréatique demandent de forer en profondeur, ce qui suppose l’emploi d’équipements adaptés. Enfin, il est important d’étudier méthodiquement la distance qui sépare les capteurs de la pompe à chaleur, pour éviter d’éventuelles pertes de chaleur

PAC géothermique : bon à savoir


Contrairement aux idées reçues, la pompe à chaleur géothermique ne demande pas plus d’entretien que ses homologues air-air et air-eau. Elle nécessite une révision annuelle qui consiste à la vérification du fluide caloporteur, et au dépoussiérage du compresseur et du condenseur. 

Nos Engagements

qualibat
bpi
artisans solidaires
isolation solidaires
socotec
socotec
socotec
 

Tous droits réservés ©2020 Chaudière Solidaire - Mentions légales - CGVU - Politique de Protection des Données Personnelles (PPDP)
L’extraction et l’utilisation à des fins personnelles, professionnelles ou commerciales de tout ou partie du site et de sa base de données est strictement interdite.